Penny, Louise – Le beau mystère

Perdu dans la forêt québecoise, le monastère Saint-Gilbert-entre-les-Loups abrite 24 moines vivant en autarcie et en silence sauf lorsqu’ils entonnent les sublimes chants grégoriens qu’ils étudient avec passion dans un vieux recueil noté en neumes, ces premiers signes de la notation musicale basés sur les mouvements de la main du chef de choeur
Quand le chef de choeur est trouvé mort, les reclus doivent, pour la première fois, ouvrir leur porte aux inspecteurs Gamache et Beauvoir
Et comme dans le chant grégorien où chaque phrase est reprise par une voix différente, les fêlures qui désunissent les moines se répercutent dans les fondations du vieux monastère et retentissent même sur les deux inspecteurs, brisant leur amitié

Dans ce très beau livre, on entend la magnificence des chants grégoriens, on éprouve cette élévation d’âme qu’ils inspirent, on assiste aux très riches dialogues que Gamache, cet homme de coeur et d’esprit, entretient principalement avec l’abbé, cet homme de grande foi et de peu d’ego.
L’enquête en huis-clos progresse au rythme de la vie monacale, aussi ce roman se lit-il lentement et, selon notre disposition, il se savoure ou agace

Neumes

(vo : The beautiful mystery)

3 réflexions sur « Penny, Louise – Le beau mystère »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :