À la Une

Raabe, Mélanie – Le piège

Linda Conrads est une célèbre auteure qui vit recluse dans sa vaste maison depuis le jour où, 11 ans auparavant, elle tomba sur le corps poignardé de sa soeur et surprit le visage de son meurtrier juste avant qu’il ne s’enfuie
Or un soir en regardant la télévision, elle voit un journaliste en qui elle reconnaît l’assassin de sa soeur. Elle décide alors de lui tendre un piège: d’abord elle écrit un roman policier détaillant l’assassinat de sa soeur et la vaine enquête policière, en suite de quoi elle invite le journaliste à un interview exclusif durant lequel elle espère lui soutirer des aveux ainsi que le motif de son crime.
Mais au cours de l’interview, elle réalise qu’elle s’est peut-être égarée, qu’ elle a peut-être tué elle-même sa soeur détestée, transférant ensuite sa culpabilité sur un visage pris au hasard 
À moins qu’elle ne disculpe le journaliste sous le coup de l’attrait? À moins qu’elle ne soit devenue folle à force de solitude?
Original, captivant, déconcertant, ce livre serait une totale réussite s’il ne pêchait par quelques outrances et quelques contradictions. Mais on peut lui pardonner ces défauts tant il nous intrigue et nous fait sortit des normes de tout genre

À la Une

Marsons, Angela – Nos monstres

Kim Stone est une chef inspectrice au passé criblé de traumatismes sévères qu’elle enfouit dans le travail et une dureté d’apparence.
Parmi les enquêtes qui lui sont confiées, celle d’une jeune femme, Ruth, qui a sauvagement poignardé son violeur sorti de prison, l’intrigue particulièrement. En effet depuis quelques mois Ruth était suivie par une psychiatre, Alexandra Thorne, dont Kim perçoit aussitôt la dangerosité
Redoutablement intelligente, Alexandra se joue de ses patients en réveillant leurs monstres et en les incitant au crime. Quand la psychiatre réalise que Kim a percé son jeu, elle utilise son statut pour enquêter sur le passé douloureux de l’inspectrice, un passé dont l’étalage narquois lui serait fatal. De son côté Kim fouille le passé d’Alexandra afin de faire tomber cette femme nuisible, mais la doctoresse s’est forgé une réputation sans failles et personne ne suit donc Kim dans son enquête

L’auteure nous offre un duel psychologique original et prenant, ponctué d’enquêtes impliquant ou non la psychiatre. On s’étonne toutefois que parmi ceux qui la fréquentent, seule Kim la dure, celle qui n’a d’égards pour personne, ait ressenti la noirceur cachée derrière la belle apparence de la dame.
Une fort bonne lecture et un intéressant portrait de sociopathe

Merci à Belfond noir et à NetGalley pour cette lecture

À la Une

Coquery, Guillaume – Vakarm

D’abord, il y a un vol colossal de parfums de luxe doublé d’un assassinat, un vol à rebondissements dont le déroulé, complexe et astucieux, forme la trame policière de ce roman
Pour résoudre ces crimes, il y a une équipe de policiers liés par une réelle amitié, mais dont le chef, Damien Sergent, est à l’article de la mort suite à une tentative d’assassinat
Puis, il y a ces enfants qui toujours subissent : Tom l’enfant de Damien recueilli par Sandrine amie et remplaçante du capitaine hospitalisé; Illianka qui assiste à ce qu’elle ne devrait jamais voir; Jason l’enfant volé depuis 3 ans par son mafieux de père, et Adrien l’enfant merveilleux détruit après qu’un camion l’eut percuté violemment 15 ans auparavant
Ensuite, il y a ces femmes admirables, douces et fortes, sensibles et courageuses, dont les épreuves rabotent les duretés de coeur et qui, avec le temps, se libèrent de la colère vengeresse qui asservit les hommes, en pardonnant et, peut-être, en se pardonnant
Enfin il y a l’écriture de l’auteur, d’une beauté et d’une sensibilité qui s’affinent avec l’expérience, et ce don de toucher, au delà de l’histoire policière, à l’humain dans toute sa complexité

À la Une

Lapena, Shari – Une voisine encombrante

Aylesford est un quartier que l’on imagine pareil à celui des Desperate housewives, avec ses épouses au foyer, ses maris très occupés, dans la même boîte pour la plupart, et ses ados écervelés, ainsi Rayleigh, qui s’introduit dans les maisons pour visiter les ordinateurs et Adam, son copain, qui se saoule chaque soir
Quand Amanda, la jeune et capiteuse voisine, est retrouvée morte au fond d’un lac, le crâne défoncé par des coups de marteau, les inspecteurs Webb et Moen, lui vif et subtil et elle plutôt maternelle, viennent interroger les voisins. Bientôt les policiers se retrouvent devant un enchevêtrement de mensonges, de vérités déformées, d’aveux suivis de rétractations, chacun couvant ses secrets, presque tous détenant une bonne raison de vouloir se débarrasser de l’encombrante voisine
Si ce huis-clos en plein air nous plonge, pour notre plus grand plaisir, dans un véritable labyrinthe de fausses-pistes, si la révélation finale est inattendue, le véritable propos de cet roman est plus profond car il interroge et met à l’épreuve l’authenticité des liens d’amour et d’amitié

Merci à NetGalley et aux Presses de la Cité pour ce livre

À la Une

Roch, Elsa – La fureur des mal-aimés

Nous sommes à Paris, fin décembre , le commissaire Marsac, assombri par son métier et ses tourments, s’arrête sur un banc en bord de Seine avant de rentrer chez lui. Sur ce même banc repose un un sans-abri, Alex. Ouvrant la poubelle située à côté, Marsac découvre un cadavre éviscéré et met aussitôt le pauvre Alex terrorisé, en garde à vue. Deux jours plus tard, les éboueurs tombent sur un deuxième corps enfoui dans une poubelle. Quel lien existe-t-il entre ces deux hommes estimés de tous ?
Vingt ans plus tôt, à Paris, Alex adolescent de 15 ans, fuit de chez lui et s’affronte aux difficultés de la vie sans abri, à la faim, au froid, à la violence. Il est néanmoins porté par une mission : La retrouver Elle afin de la protéger et la chérir
Entre passé et présent, entre Alex l’ange blessé, et Marsac l’homme tourmenté, un lien va se tisser

Les questions que ce résumé laisse pendantes sont en fait rapidement éclaircies et l’intrigue se laisse vite deviner
Le coeur du livre est ailleurs, il est occupé par le personnage d’Alex qui au fil des ans et des épreuves, préserve sa belle innocence et sa fragilité, à un prix très lourd pour lui-même certes , mais libérateur pour ceux qui s’y attachent

Merci à NetGalley et à Calmann-Lévy pour ce livre

À la Une

Vargas, Fred – L’homme aux cercles bleus

Premier Fred Vargas lu, au moment où Adamsberg rencontre Danglard, quand d’emblée et tout naturellement s’engagent de savoureuses joutes verbales entre un commissaire singulièrement dépourvu d’ego mais largement pourvu en intuition et son coéquipier furieusement cartésien jusqu’à ce que l’alcool ait raison de sa raison.
Pendant ce temps un homme trace de grands cercles bleus au centre duquel gît un objet déchu, couvercle, trombone, cannette etc. La grandeur de ces cercles conduit Adamsberg à prédire leur usage à des fins funestes et en effet, un beau matin, une femme trône au centre de l’un d’eux, égorgée.
L’enquête se fera sans heurts et sans surprise, toute la qualité du livre reposant sur les dialogues entre les deux policiers, puis avec Mathilde l’océanographe en escale à terre afin d’y prendre un bain de foule. Belle et fantasque, elle n’a peur de rien et se rit de tout, elle est la seule à avoir vu, de loin, le petit homme aux craies bleues.
Léger et facile, c’est un roman policier idéal pour une reprise de lecture après une anorexie livresque

À la Une

Indridason, Arnaldur – La voix

Gudlaudur, le portier d’un l’hôtel de luxe, est découvert poignardé dans la petite cave où l’hôtel lui permettait de loger. Le cadavre, revêtu de l’habit du Père Noël, a été surpris en pleine relation sexuelle
Cet homme décrit comme solitaire, silencieux et sans joie touche profondément Erlendur qui voit en lui un compagnon de tristesse et de solitude.
Dès lors le commissaire entend pénétrer la vie de ce portier auquel nul ne prêtait attention. Ainsi apprend-il qu’enfant, Gudlaudur possédait une voix sublime enregistrée sur deux disques fort recherchés, mais aussi qu’il en bavait avec son père qui l’obligeait à travailler sans relâche sa voix (la voix de son père). Jusqu’ au drame. Drame qui rappelle à Erlendur celui qui a crucifié sa jeunesse et le ravage toujours, le plongeant dans la mélancolie

Si l’intrigue est classique et sans surprises, si le style est parfois maladroit, à moins qu’il ne s’agisse de la traduction, l’ouvrage a l’intérêt de nous démontrer que l’insouciance de l’ enfant est un mythe. Les enfants sensibles prennent en charge leurs parents, s’efforcent de les satisfaire, les protègent et se culpabilisent ou se dévastent lorsqu’ils n’y parviennent pas

À la Une

Merle, Olivier – Dans l’ombre du loup

A Abidjan. deux enfants et leur mère sont abattus d’une balle durant leur sommeil. Il semble que le mari ait alors loué une voiture pour disparaître définitivement
Quelques années plus tard, à Rennes, Kerdegat, un PDG riche et arrogant, exige de la police qu’elle recherche l’auteur de lettres anonymes et d’appels téléphoniques muets qu’il reçoit à minuit onze précises. L’enquête est confiée au commandant Grimm, un homme renfermé, climato-pessimiste et pétri de contradictions, ainsi qu à ses trois équipiers qui se complètent à merveille
L’affaire prend un tour plus sérieux quand un sac poubelle contenant les restes d’un corps de femme sans tête est déposé sur le perron des Kerdegat.
Qui est-elle? Ce geste est-il en lien avec les sinistres appels et lettres?
Ces questions conduiront les policiers dans un club sado-masochiste, sur un chantier aux horreur et, après plusieurs fausses pistes, dans un traquenard d’envergure

L’écriture possède une certaine beauté qui a la modestie de se laisse oublier,
les personnages détiennent une réelle épaisseur, de celle qui les amène à se révéler à eux-mêmes, tout en restant plongés dans l’action.
Enfin l’intrigue retient constamment l’intérêt et si les pistes semblent partir en tous sens, l’auteur, tel un marionnettiste, maîtrise parfaitement les ficelles de son sujet
Mon seul regret est que ce livre ne possède pas l’indispensable dimension d’un sens qui le dépasserait et le rendrait dès lors inoubliable

Merci NetGalley et aux éditions XO pour cette lecture

À la Une

Bonnot, Xavier-Marie – Les vagues reviennent toujours au rivage

Retraité de la police à Marseille, Michel De Palma ne s’intéresse désormais plus qu’à son voilier et au violon, jusqu’ ce qu’il apprenne le suicide douteux de celle qu’il aima jadis, Thalia, une médecin qui a voué sa vie aux migrants, ceux échoués dans le camp de Moria à Lesbos, ceux repêchés dans la Mare Nostrum, ceux partout refoulés avec une haine grandissante jusqu’à Marseille, ultime étape de son voyage en Humanisme
A l’insu de la police, De Palme pénètre chez Thalia et se saisit de dossiers s’y trouvant encore, parmi lesquels un manuscrit consignant le calvaire d’ une jeune syrienne, Amira, que Thalia avait pris sous son aile.
De Palma mettra alors ses pas dans ceux de Thalia comme en un pèlerinage. tandis qu’à Marseille la police enquête dans le milieu des identitaires

Ce récit extrêmement bien documenté nous donne à voir, sous un prétexte policier, la violence de l’extrême droite qui fleurit aux abords de la Méditerranée et organise l’abattage de tout étranger-dépourvu-de-tout, sans être inquiétée par les autorités locales
L’Europe est divisée, nous démontre l’auteur, non seulement entre autochtones et migrants, mais également entre défenseurs des Lumières et partisans de la Haine
Un livre intelligent, bien écrit, avec des personnages douloureux, blessés dans leurs aspirations et profondément seuls

Merci à NetGalley et aux éditions Belfond pour ce livre

À la Une

Horst, Jorn Lier – L’usurpateur

Line Wisting, journaliste à VG, est bouleversée quand elle apprend qu’un homme mort depuis six mois a été découvert assis devant sa télé. Choquée par un tel délaissement, elle entreprend d’investiguer sur cet homme afin de lui offrir une place en ce monde
A quelques distances de là, un inconnu, mort également depuis six mois, est étendu dans une sapinière. L’inspecteur William Wisting, père de Line, est chargé de l’affaire. Or il s’avère que cet inconnu, dont on découvre qu’il est américain, était arrivé en Norvège sur la trace d’un tueur en série recherché depuis 20 ans par la FBI. Prévenue celle-ci envoie ses agents travailler avec Wisting
Au cours de cette enquête laborieuse et souvent décourageante, en plein coeur de l’ hiver nordique où il faut chaque jour dégager sa voiture, la racler, lui pelleter une sortie, on apprend qu’un « homme des cavernes » désigne quelqu’un qui endosse l’identité d’un tiers récemment décédé et suffisamment isolé pour que l’usurpation passe inaperçue

Dans les livres de cet auteur, Line s’empare d’un sujet qui semble n’avoir rien à voir avec l’enquête de son père, mais au cours de leurs recherches, leurs routes finissent, comme l’on s’y attend, par converger.
Père et fille nous attachent du fait de l’immense respect qu’ils portent aux autres, de cette solitude triste qu’ils assument en silence et de cette douceur mélancolique qui est la musique propre à l’auteur