À la Une

King, Stephen – Mr Mercedes

Dans ce roman, l’auteur nous plonge dans les pensées et les émotions de deux êtres antagonistes et complémentaires.
Il y a d’abord Brady, un homme pour lequel les gens ne sont que des objets. Ainsi, foncer sur eux avec une Mercedes volée comme il l’a fait il y a un an revient à jouer au jeu de quilles. Ainsi – parce qu’il n’est au fond qu’un enfant perturbé perdu dans les désirs incestueux de sa mère – toutes ses frustrations et ses rages se muent en désir de frapper et de tuer comme l’enfant frappe la table contre laquelle il s’est cogné.
Et il y a Bill Hodges, un policier retraité depuis peu qui sombre dans l’ennui et la dépression jusqu’à ce qu’une lettre signée Mr Merc edes et à lui adressée redonne sens à sa vie. Il décide alors de reprendre cette enquête inaboutie seul, sans en informer la police. Et si ses interventions provoquent mort et désastre, cela ne l’arrête nullement, bien au contraire car au fond Hodges n’est qu’un enfant égoïste qui veut posséder son objet pour lui tout seul.
Par bonheur il a des amis compétents et courageux
La qualité de ce livre réside dans la pénétration psychologique de ses personnages, sinon l’écriture est bonne sans plus et l’histoire bien pauvre

Publicités
À la Une

Dillard, François-Xavier – Réveille-toi

Depuis sa greffe du coeur, Basile n’ose plus dormir. Dès qu’il s’assoupit, d’horribles cauchemars l’assaillent où, muni d’un long couteau, il poursuit une jeune femme qui se transforme en une Gorgone aux pattes serpentines et acérées contre laquelle il se bat furieusement avant de s’enfuir et tomber sur ces mots : Réveille-toi !
A cause des hurlements qu’il pousse chaque nuit, sa femme l’a quitté et il n’a plus qu’un ami, Ali qui hélas, se passionne pour les faits divers atroces.
Dans une cache, une femme est torturée et lutte pour survivre, ailleurs d’autres femmes sont sauvagement tuées, aussi la police va-t-elle tenter d’identifier l’assassin à l’aide d’un programme exceptionnel mis au point par Paul, un jeune génie lourdement handicapé et Clara, un membre de la police scientifique au sombre passé.
Cet excellent thriller nous conduit tantôt dans l’horreur absolue, tantôt dans des tranches de lumière, il nous amène au coeur des traumatismes d’enfance et dans la recherche courageuse de la vérité. Intelligent, d’une belle écriture, ce roman exige un coeur bien accroché et une touche de naïveté consentie

À la Une

Bonnot, Xavier-Marie – La vallée des ombres

A Pierrefeu, petit village au pied des Alpes, deux familles se vouent une haine féroce depuis des générations : Les Vasseur, hommes de la résistance et défenseurs des droits humains et les Lestrade, prêts à tout pour le pouvoir et l’argent.
René est un Vasseur mais se sent indigne de son nom depuis qu’il a assisté, impuissant et caché, au massacre de son frère par une bande armée. D’ailleurs son père l’a toujours maltraité et méprisé.
C’est pourquoi il abandonnera tout, ses amis et celle qu’il aime, pour devenir légionnaire. Il ne rentrera que vingt ans plus tard, appelé par son père mourant
Ce retour à la normalité sera aussi celui du bilan . Certes, René est devenu dur et courageux , mais n’a-t-il pas perdu l’essentiel, son âme et sa douceur ?
Un roman dur et sec comme son héros, avec des brefs moments d’une tendresse teintée de la tristesse de sa lumière perdue

À la Une

Berg, Eric – La maison des brouillards

Ils étaient quatre amis, ardents militants pour la cause écologique. Quinze ans plus tard, ils décident de se retrouver dans la demeure d’un des leurs sur l’île d’Hiddensee. Mais les années les ont modifiés, si bien que les amis d’avant ne se supportent qu’avec peine. Leur séjour se terminera par une tempête violente et un massacre faisant 3 morts et une suspecte plongée dans le coma
Deux ans après ces faits, la journaliste Doro Kagel, sensibilisée par les affaires criminelles depuis l’assassinat de son petit frère, entreprend d’enquêter dans l’entourage des victimes. A cette fin, elle entre notamment en contact avec le fils d’un étrange couple cambodgien qui habitait non loin du lieu du crime.
Ce suspense, fort original puisque nous ne connaissons ni les victimes ni le criminel, nous offre une palette de personnages habités d’histoire, d’épreuves, de secrets et d’émotions contrastées. Ce qui fait de chacun d’eux une victime ou un criminel potentiel.

À la Une

Hauuy, Vincent – Dans la toile

Une fusillade a lieu dans un bar, Isabelle se jette sur l’assassin et reçoit une balle dans la tempe et dans le poumon. La jeune femme vivra mais avec des pertes de mémoire et une anxiété permanente si pénible que son mari décide d’aller vivre dans un chalet vosgien isolé. Mais les troubles d’Isabelle s’accentuent dans ce lieu lourd de secrets..
Sujette à des rêves éveillés et à des hallucinations, Isabelle revit des scènes de son enfance frappée par le malheur, mais aussi la solitude après que Camille, sa soeur jumelle, a perdu son innocente et sa santé mentale
Confusions, oublis, peurs étouffantes, souffrances mais petit à petit, à travers l’écriture et la peinture, lente et difficile réconciliation avec soi-même auraient suffi à faire de ce livre une merveille si l’auteur n’avait voulu y ajouter un côté thriller qui alourdit inutilement cette tragédie psychologique complexe

À la Une

Expert, Jacques – Sauvez-moi

Nicolas Thomas vient de sortir de prison après 30 années durant lesquelles il n’a cessé de clamer son innocence. Chaque année, il adressait une lettre à celle qui lui a arraché des aveux, la commissaire divisionnaire Sophie Ponchartrain, lettres qui se concluaient toutes par ces mots « Sauvez-moi ». Quelques heures après cette libération, des crimes en tous points pareils à ceux dont Thomas fut inculpé se reproduisent, mais l’homme semble s’être évaporé.
Ponchartrain est en charge de cette affaire,. Chef d’une équipe dont elle exige une totale allégeance, autoritaire, carriériste, elle soupçonne vite un autre homme, Guillaume Chambaraud, d’être le copycat du tueur libéré. Et Ponchartrain ne se trompe jamais.
Ce roman, qui contient quelques beaux portraits, aurait été passionnant s’il n’avait été, sous certains aspects, aussi peu crédible

À la Une

Chattam, Maxime – Que ta volonté soit faite

Nous sommes dans l’Amérique profonde, dans ces terres où le labeur et la réputation fondent la vie sociale. C’est là que vit Jon Petersen, un fils d’agriculteur n’ayant, depuis l’enfance, qu’un seul plaisir : violenter, écraser les faibles, humilier, nuire et détruire tant physiquement que psychologiquement son entourage, et tout cela bien sûr en restant impuni grâce aux menaces, aux chantages et à l’écrasement total de ses victimes. Le shérif Jarvis est son exact opposé: généreux, dévoué, loyal, très amoureux de sa femme, mais désespérément démuni face à ces viols de jeunes filles et ces crimes sans témoins ni preuves.
Il faudra 20 ans et l’aide de la providence pour que ces crimes soient enfin résolus.
Si la majeure partie du livre inspire le malaise, voire la nausée face à ce monstre qu’est Jon Petersen, ce n’est pas là le travers, mais bien le dessein de l’auteur dont le récit s’adresse tant à notre intelligence qu’à notre sens des responsabilités.

À la Une

Villain, Isabelle – Mauvais genre

Rebecca de Lost et son équipe vont être confrontés à 3 enquêtes simultanément. La première, très finement amenée, se déploie autour de la question d’une femme transgenre; la seconde tourne autour d’un tueur en série très actif il y a 7 années et subitement réapparu – son mode opératoire très précis le dénonçant sans aucun doute – alors même qu’un autre homme s’était dénoncé comme l’auteur de ces crimes. La troisième enquête concerne Rebecca elle-même. En effet, presque chaque jour la commandante reçoit SMS et lettres de menaces…
Trois enquêtes captivantes qui s’enchevêtrent tout en souplesse, c’est déjà un art, mais en plus les personnages sont émouvants, nuancés, complexes, brefs tout simplement vivants. Dommage que la fin soit un peu expédiée

À la Une

Lemaitre, Pierre – Sacrifices

Dans cette ultime enquête, le commissaire Verhoeven, cet homme impressionnant malgré sa toute petite taille, va être personnellement impliqué d’une double façon. D’abord parce que lors du braquage d’une bijouterie, Anne, sa compagne, est violemment tabassée et échappe de peu à la mort et que, pour obtenir cette affaire et protéger Anne, il manipule ses supérieurs et leur cache son lien avec elle, au péril de sa carrière
Ensuite parce qu’ Anne étant terrifiée – elle a vu son agresseur rôder près de sa chambre d’hôpital et sait qu’il veut l’achever, elle l’a d’ailleurs reconnu et identifié sur les photos de police – Verhoeven est contaminé par son effroi et va tout mettre en oeuvre pour découvrir la cache de son agresseur. Jusqu’à ce qu’il comprenne la machination dont il est l’objet.
Maniant à merveille ses rythmes d’écriture, actif, nerveux même, ironique parfois, l’auteur déploie ici encore toute son intelligence machiavélique

À la Une

Delzongle, Sonja – Boréal

Artica est une unité postée non loin du pôle, elle abrite 7 scientifiques récemment venus y étudier les conséquences de la pollution et du réchauffement climatique particulièrement dramatiques en ces régions.
Lors d’une première sortie dans la nuit polaire, ils découvrent un cimetière de boeufs musqués saisis par milliers dans les glaces, la terreur inscrite dans le regard. Ils vont alors faire appel à Luv Svendsen, spécialiste des hécatombes animales, qui y voit le moyen d’échapper à une situation familiale étouffante
La disparition mystérieuse d’un membre de l’équipe, puis de ceux qui tentent de retrouver le disparu, et enfin de l’équipe entière capturée par des hommes dénaturés, les tremblements de terre gigantesques, la folie, la perdition, tous ces désastres sont le résultat de la cupidité des hommes et de leur négligence en matière de nucléaire.
Bien écrit, scientifiquement exact, mettant en scène des personnages dotés d’ombre et de lumière, Sonja Delzongle nous assène néanmoins un peu trop d’horreur là où celle des conditions climatiques suffisait

À la Une

Aubenque, Alexis – Retour à River Falls

Une jeune fille est retrouvée au fond d’une grotte, violée et assassinée sous un mode qui semble rituel. Ce sera Logan, le nouveau shérif pas trop subtil de River Falls et sa compagne retorse qui mèneront l’enquête
De son côté Stephen, photographe de guerre rentré au pays et aussitôt embauché par le journal local sera chargé de couvrir cet événement dramatique à l’aide de Marion une jeune stagiaire intelligente, courageuse et, à vrai dire, seul personnage intéressant de ce roman.
Tandis que le shérif s’engage résolument vers de mauvaises pistes, Marion percevra bien vite que la vérité est ailleurs, tractant derrière elle un Stephen d’abord réticent puis convaincu.
Ce sera lors de la première du cirque en tournée qu’une piste inédite se dévoilera.
Les héros de ce livre sont vraiment antipathiques et l’intrigue est juste bonne, sans plus. Rien à retenir donc.

À la Une

Lapena, Shari – L’Etranger dans la maison

Tom et Rachel forment, depuis 2 ans, un couple béni des dieux. En face de chez eux Brigid, désoeuvrée, passe la majorité de son temps à les épier tout en tricotant
Un soir, Rachel, paniquée, roule à folle allure et percute violemment un poteau . Commotionnée et hospitalisée, elle ne se souvient de rien. Mais la mort d’un inconnu tué par balles près du lieu de cet accident conduit la police à soupçonner Rachel et à enquêter sur son passé apparemment inexistant
A côté de cette énigme, et depuis son installation avec Tom , Rachel a constaté que quelqu’un s’introduisait chez elle, déplaçant des objets ou fouillant ses tiroirs. Quel est donc cet étranger dans la maison ?
Une intrigue à multiples strates, plus retorse qu’on ne le pense, où tel est pris qui croyait prendre, tel est le grand intérêt de ce roman autrement fort moyen

À la Une

Manzor, René – Celui dont le nom n’est plus

Des personnes qui, sans avoir jamais rencontré leur hypnotiseur et sur la seule induction d’une phrase musicale, se livrent à des actes d’une complexité incroyable nécessitant une compétence dont ils ne disposent absolument pas, des actes qui, de plus, sont absolument contraires à leur moralité et leur sensibilité, voilà qui, malgré toute notre bonne volonté fictionnelle, dépasse vraiment les limites de notre crédulité
Sans compter les capacités dignes d’un champion olympique de l’assassin, les monte-charges qui ne fonctionnent que pour lui, le matériel sophistiqué qui surgit dès qu’il entre dans un lieu auparavant dépouillé de cet attirail etc.
Non c’est là trop d’incohérences et de manquements, et c’est regrettable car ce livre aurait pu être génial si l’auteur en avait mieux travaillé la congruence.

À la Une

Norek, Olivier – Surtensions

Afin de libérer un parent prisonnier, une bande de mafieux vole cinq scellés, ces preuves qui permettent d’inculper ou de libérer un détenu, et ce, en plein coeur du tribunal de Bobigny. Ils y sont parvenus en terrorisant une famille dont le père travaille aux scellés. Pour mieux brouiller les pistes ils se sont emparés de quatre scellés inutiles à leur cause qui, à leur insu, vont permettre la libération d’un tueur à gages, d’un assassin et d’un pédophile extrêmement actif mais aussi provoquer la condamnation d’un innocent
Le capitaine Coste et son équipe sont à la poursuite de cette bande. Coste est prêt à tout pour protéger son équipe, tout comme les mafieux sont prêts à tout pour défendre ou venger les leurs
Une intrigue fort bien construite, des personnages nobles ou ignobles, de l’émotion, de l’action et un art certain de la narration . Un livre qu’on imagine bien mis à l’écran

À la Une

Ruju, Pascale – Une affaire comme les autres

Dans une pièce, des caméras de surveillance et deux femmes face à face. L’une est une procureure adjointe extrêmement douée, l’autre est Annamaria, accusée d’avoir tué son mari
Annamaria va raconter comment elle tomba éperdument amoureuse de cet homme richissime, comment, très vite, elle perçut qu’il ne fallait lui poser aucune question sur ses activités, qu’elle ne devait surtout rien savoir si elle voulait préserver l’estime et l’amour qu’elle lui portait. Jusqu’au jour où elle prend conscience de ce qu’était réellement son mari, de ce qu’il n’y avait pas d’amour entre eux et du danger de le quitter. Jusqu’au jour où elle rencontre le grand amour, celui qui devait rester clandestin sous peine de mort.
La procureure entrecoupe cette narration en révélant à l’accusée que son mari était le chef d’une famille mafieuse, un chef impitoyable, brutal et avide d’argent. Qu’aucune atrocité ne le retenait, à tel point que même ses plus proches lieutenants ne lui furent point fidèles
Et puis viennent les questions : Avez-vous tué votre mari ? Quel est le nom de votre amour secret ?
Un huis-clos magnifique et une conclusion stupéfiante

À la Une

Reardon, Bryan – Jake

Jake est un garçon calme, réfléchi et soucieux des autres. Il grandit au sein d’une famille aimante et équilibrée
Alors qu’il a 17 ans, un garçon de sa classe pénètre dans l’école avec un fusil et abat 13 jeunes avant de se suicider. Or seul Jake fréquentant de loin en loin ce garçon et seul Jake reste introuvable après ce drame. De là à le soupçonner d’être complice du tueur il n’y a qu’un pas que les médias et la foule franchissent avec toute la férocité jubilatoire qu’une mort évitée leur inspire
Postée devant la maison de Jake, la masse déverse sa haine tandis que les médias s’efforcent de trouver l’Explication qui rassurerait les gens en prouvant que quelque chose chez Jake ou sa famille les différencie bien d’eux tous
Défouler la haine et conjurer la peur en faisant fi de toute compassion et de toute vérité, telle est la fonction des médias, elle qui tue mieux qu’un tueur
Un livre d’une belle finesse psychologique et d’une belle intelligence de notre humanité

À la Une

Cleave, Paul – Ne fais confiance à personne

Jerry Grey est un auteur de romans policiers célèbre, mais à moins de cinquante ans, il est atteint d’un Alzheimer si avancé qu’il doit déjà être placé dans une maison de santé.
Jerry est désemparé, tout lui est devenu incertitude et interrogation depuis que la maladie s’est emparée de sa mémoire et de son esprit.
Ainsi, comment savoir si les meurtres dont il est l’auteur sont réels ou fictifs ? Doit-il ou non se sentir coupable ? Et ces crimes commis chaque fois qu’il s’échappe du home, doit-il les attribuer à son soi alzheimerien devenu meurtrier faute d’être encore capable d’ écrire ces crimes? A moins qu’un tueur machiavélique ne se serve de ses oublis pour lui faire endosser ses propres meurtres?
Quand on est ainsi livré à une mémoire trouée et vagabonde, comment accéder à la vérité ?
Ce roman fort original aurait pu être exceptionnel s’ il n’était aussi tiré en longueur

À la Une

Antoine, Amélie – Raisons obscures

C’est l’histoire de deux couples unis depuis une vingtaine d’années, et de leurs enfants.
Dans chacun de ces couples les parents connaissent des problèmes et des épreuves qu’ils gèrent de leur mieux, si bien que tout en aimant profondément leurs enfants, ils n’y sont pas réellement attentifs.
Au sein de la première famille, l’aînée vit très mal son diabète qu’elle tient à tout prix à cacher aux camarades de son collège, car, selon elle, sa réputation de leader incontesté en pâtirait. Et les parents ne l’aident guère qui tantôt sous-estiment la difficulté de leur aînée, tantôt rabattent toutes ses humeurs à des dosages de glycémie
Quant aux parents de la seconde famille, ils ne perçoivent rien de la souffrance sournoise qui ravage leur fille cadette, rien de son triste repli, rien de l’abandon progressif de toutes ses activités et passions, rien de son combat désespéré et solitaire, rien de son appel au secours muet, rien de la faille qui se creuse lentement en elle, rien…
Ce roman est une étoile noire

À la Une

Graham Patrick – Retour à Rédemption

Peter Shepard est un avocat accompli mais il vit dans une terreur constante: celle d’un séisme géant qui ensevelira toute sa région.
Cette peur irraisonnée est le signe d’un refoulement que l’atroce massacre de sa famille et la rencontre d’ Ezzie, un ancien ami, va lever. En effet, Ezzie fut jadis un des membres de ce clan dont Peter et Wendy, son amour d’alors, firent partie, un clan né dans l’enfer de Rédemption et soudé par un serment d’ entraide à vie
Rédemption était un camp de redressement pour mineurs en peine. A sa tête régnait un monstre pervers se réclamant d’une religion dévoyée, semant la terreur et la mort avec son armée de gardiens sadiques. C’est dans cet antre du démon que Peter et ses amis tentèrent de survivre en préservant leur tendresse, leur humour et leur amitié.
Après que cette forteresse fut fermée, les amis emportèrent avec eux ce passé; leur vie en fut à tout jamais cancérisée, leur âme brisée.
Un roman doté d’ un bel art de la narration, mais dont l’intrigue comporte quelques accrocs. Un roman dur, parfois même insoutenable

À la Une

Giebel, Karine – Jusqu’à ce que la mort nous unisse

La montagne et la neige, un guide devenu dur et arrogant depuis l’abandon brutal de sa femme, une jeune policière qui s’associe à ce guide afin d’élucider la mort suspecte d’un autre guide. Et en face des politiques véreux, des marchandages entre dignitaires, la richesse criminelle….
Du tout bon Giebel où elle déploie son lyrisme face aux grandeurs de la nature, où elle mène son combat contre les corruptions du pouvoir, où elle prête à ses héros une tendresse retenue jusqu’au piège d’une certaine dureté, où, enfin, elle nous captive grâce à son immense talent d’écrivaine.

À la Une

Sveistrup, Soren – Octobre

Des femmes dont l’enfant est négligé ou battu sont retrouvées mortes et amputées avec, à leur côté, une statuette faite de marrons. Sur ces marrons se retrouve l’empreinte d’une jeune fille enlevée un an plus tôt, jeune fille dont la mère est justement la ministre qui a fait de la lutte contre la maltraitance enfantine sa priorité.
Fausses pistes, crocs-en-jambe entre policiers, querelles de pouvoir, tromperies, il sera long de déterrer le secret atroce qui préside à ces crimes
Un roman d’action ingénieux et bien mené auquel manque toutefois l’épaisseur psychologique des principaux acteurs de ce livre

À la Une

Renand, Antoine – L’Empathie

Comment se reconstruire, comment vivre après avoir subi des viols répétés dans son enfance, viols commis par un père, un beau-père ou un inconnu ?
L’un reproduit ce qu’il a vécu, viole des femmes, se complaît dans une fausse domination, a besoin de toujours plus de violence et d’horreur pour pouvoir jouir, devient un monstre
L’autre reproduit aussi ce qu’il a vécu, viole des femmes, se complaît dans une fausse domination et puis soudain réfléchit, prend conscience du monstre en lui, le combat par tous les moyens, en lui et dans la société
L’autre encore se révolte contre ceux pour lesquels rien n’existe sinon la satisfaction de leur libido perverse, les combat, se consacre à cette lutte, est prête à donner sa vie pour qu’ils ne nuisent plus aux autres.
Un livre douloureux, bien agencé et bien écrit mais avec quelque chose qui manque ou gêne…

À la Une

Parole

« Perdre ce qui vous a été donné, ce que vous avez gagné, ce que vous avez mérité, ce pour quoi vous vous êtes battu, ce que vous pensiez tenir à jamais. Se réajuster. Se réorganiser. Faire sans. Passer outre. N’avoir plus rien à perdre ».
Et enfin, se trouver.
Et enfin, simplement, Être
C’est en cela que l’extrême vieillesse rejoint l’extrême jeunesse des tout petits : n’ayant rien, ils nous mettent face à l’Être pur.

À la Une

Delacourt, Grégoire – Mon Père

Pratiquer le sophisme peut parfois s’assimiler à de la perversion, non pas sexuelle comme celle que subit l’enfant du narrateur, mais mentale
Ainsi vouloir faire d’ Isaac un sacrifié alors qu’il fut au contraire sauvé pour devenir la figure même de l’interdit du sacrifice humain, et assimiler ce non-sacrifice au sacrifice de l’enfant livré à la libido d’un pervers, c’est provoquer la confusion
Comparer le silence d’Isaac qui accorde toute sa confiance au père, à l’indicible souffrance de l’enfant soumis aux abus sexuels d’un prêtre, est une tromperie.
Mentir effrontément pour apaiser quelques hommes et accabler quelques femmes, est et sera toujours une honte, quel que soit le nom sous lequel ce mensonge est camouflé (camouflet).
La vengeance et la colère ne réparent rien, seul le pardon imploré par le fautif lui-même et accepté par la victime elle-même le peut; aucun intermédiaire ne pouvant s’arroger le droit de se substituer au fautif ou à sa victime, sauf à parodier ce moment de grâce

À la Une

Harris, Robert – Conclave

Le pape est mort. Il revient donc aux 117 cardinaux officiels de s’ enfermer en la Chapelle Sixtine afin d élire son successeur
Au dernier moment un 118 ème cardinal se présente, il a été nommé par le pape en grand secret parce qu’il exerce dans des zones à hauts risques. Humble et timide, ce cardinal manifeste une grande spiritualité
Parmi les candidats les plus papables, têtes de liste aux premiers tours, certains ont commis des malversations qui les rendent inéligibles comme le prouve l’enquête menée par le Doyen du collège des cardinaux, tandis que d’autres, par leur lâcheté ou leur présomption teintée de violence, perdent progressivement des voix
Si bien qu’en finale le Doyen qui n’était gratifié que de quelques voix au premier tout, semble devenir le candidat unique au huitième tour..
Captivant, intelligent, instructif, original et plus qu’agréable à lire, ce roman est tout simplement formidable

À la Une

McFadyen, Cody – La mort en face

Parce qu’il était un ange et fut transformé en démon fou par des trafiquants d’enfants odieux, l »Etranger » va se choisir un successeur en la petite Sarah de 6 ans dont il élimine successivement et devant elle, tous ceux qui l’aiment et qu’elle aime. Son but : détruire son coeur et son âme , en faire un démon fou à son image .
Aujourd’hui Sarah a 16 ans et son ultime famille d’accueil vient d’être sauvagement assassinée.
Aujourd’hui une équipe de policiers, dont chacun fut durement éprouvé en sa chair, se lance à la poursuite de cet Etranger monstrueux mais extrêmement intelligent.
Sarah est au bord de la folie mais elle a préservé assez de coeur pour ne plus vouloir qu’on l’aime, assez d’espoir pour vivre encore
Un livre bouleversant mais très très éprouvant

À la Une

Gardner, Lisa – A même la peau

Premier thème : le goût du crime est-il génétique ? Oui répond ce livre (!!)
Second thème : Comment vit-on la douleur ? Adeline, une thérapeute remarquable bien que ou parce qu’affectée elle-même d’une insensibilité physique congénitale, conduit deux séances de gestion de la douleur qui rachètent, à elles seules, ce roman autrement quelconque
Et puis il y a l’enquête où D.D.Warren, comme d’habitude, s’agite beaucoup pour finalement arriver trop tard

À la Une

Hjorth & Rosenfeldt – La fille muette

Ce qui mérite d’être relevé dans ce livre est la finesse psychologique des personnages extrêmement contrastés. Ainsi le profiler, figure essentielle de ce roman, est tout aussi détestable et égoïste que tendre et bouleversant. Ici, même le tueur n’est pas totalement mauvais et chacun des intervenants se montrera, tour à tour, révoltant ou attachant .
Je le conseille à tous ceux et celles qui aiment les personnages complexes, une écriture travaillée et une intrigue sans surcharge d’horreurs