À la Une

Tuomainen, Antti – Au fin fond de la petite Sibérie

Au nord de la Finlande, un pilote de rallye fonce sur les routes enneigées quand soudain un choc effroyable se produit et une météorite atterrit sur le siège passager..
Le précieux objet est temporairement exposé au musée du village sous la surveillance d’honnêtes bénévoles, mais qui est honnête face au million que représente la pierre, qui sinon Joel le pasteur, ancien militaire qu’une explosion a rendu stérile. Et comme sa femme vient de lui annoncer sa grossesse, Joel, rongé par la jalousie, préfère la fuir en assurant chaque nuit la garde de l’objet.
Il va devoir affronter seul des mafieux russes, des voleurs déterminés, des villageois rendus fous par les promesses contenues dans ce million. Tant d’adversaires suscitent forcément des scènes rocambolesques et l’on voit par exemple le pasteur blessé au poumon qui engage une course poursuite sur un motoneige tout en consultant son GPS.
Parmi tant d’extravagances, il y a cependant quelques moments de grâce et de lumière

Merci à Fleuve éditions et à NetGalle pour cette lecture

À la Une

Hawkins, Paula – Celle qui brûle

Un jeune homme installé depuis peu à bord d’une péniche, est sauvagement poignardé.Trois femmes pourraient avoir commis ce crime. Trois femmes profondément meurtries dans leur chair et leur âme, trahies au plus intime. Trois femmes terriblement fragiles et tellement fortes: La tante de la victime, Carla, Miriam, sa voisine dont le manuscrit a été volé par le mari de Carla pour produire un best-seller – quelques extraits entrecoupent d’ailleurs l’intrigue – et enfin Laura, celle avec qui l’homme avait passé sa dernière nuit.
L’inspecteur Barker et sa collègue tâtonnent tout au long de cette enquête où l’absence de preuves matérielles et la complexité psychologique des personnages ne leur permettront pas de résoudre l’affaire sans aide

Quand la trahison suprême ou la tragédie surgit dans une vie on peut choisir de refuser désormais la vie et ses opportunités au profit du seul horizon de la rancune, de l’amertume et même de la vengeance, mais on peut aussi, quand une main est tendue, choisir de reprendre doucement vie après une période de deuil,
Roman éminemment intime, il adopte le cours des nos pensées, passant d’une époque à l’autre, d’un souvenir à l’autre, donnant ainsi à chaque personnage son épaisseur, dévoilant ainsi le pourquoi de ses actions et de ses passions
Comme dans son premier roman, Paule Hawkins déploie une grande tendresse et une immense compassion envers ses personnages en proie à la solitude de leurs déchirements et de leurs obscurités
(VO : A slow fire burning)

Merci aux éditions Sonatine et à NetGalley pour cette lecture

Loubry, Jérôme – De soleil et de sang

2010 Haïti. L’inspecteur Simon Belage et son adjoint sont confrontés aux meurtres de deux couples dont les corps ont été mutilés selon un rituel propre au vaudou, la religion régnante. Résolument non croyant, Simon ne voit dans ces rites qu’ une mascarade destinée à masquer d’autres desseins
Au cours de ses recherches, Simon déterre une photo datée de 2004 montrant les victimes réunies autour de Baby Doc lors de l’inauguration d’un orphelinat, « la Tombe joyeuse », aujourd’hui abandonné.
En 2004 donc, six enfants présentant une différence furent enlevés de force et enfermés à la Tombe joyeuse.
Il faut savoir que l’île se distingue par sa pauvreté, sa corruption et son trafic d’enfants qui, vendus par des parents désespérés ou carrément volés, se retrouvent dans de tels orphelinats afin d’être achetés à prix d’or.

L’auteur a un réel talent pour imbiber son livre des senteurs de cette île, de sa chaleur, de sa violence toujours prête à exploser et de l’immense pauvreté de son peuple abandonné
Il dénonce également ce commerce d’enfants qui, bien qu’ayant famille, sont vendus à de riches européens croyant les adopter ou à d’aussi riches autochtones en tant qu’ esclaves
Le seul côté faible de ce roman est sa partie policière plutôt inconsistante

Meyer, Deon – L’année du lion

Afrique du Sud, quelques mois après la Fièvre qui a emporté 90% de la population mondiale. Willem Storm et son fils de13 ans, Nico, roulent à bord d’un camion remorque dans lequel ils entassent vivres et carburant glanés çà et là. Mais les dangers parsèment leur route : chiens attaquant en meute, hommes armés, manque d’électricité, d’eau, de carburant. Et la solitude. Naît alors chez Willem le rêve de rassembler les hommes autour du barrage de Vanderkloof qu’il rejoint, dispersant des avis sur son trajet.
Ce sont des êtres gravement éprouvés qui s’annoncent, se racontent et s’installent en ce lieu petit à petit aménagé. Jusqu’à fonder ensemble Amanzi (eau dans la langue vernaculaire) une démocratie qui choisit Willem, cet homme érudit et bon, comme président.
L’histoire des premières années d’Amanzi est rapportée par Nico, le fils de Willem. Elle est celle de l’évolution d’une société en même temps que celle de la formation du jeune homme, pleine de douleurs, de haine et de guerres, mais aussi d’amour, de compassion et de tolérance

Ce livre est une magnifique épopée où le rêve d’une communauté juste et bonne se heurte aux éternelles passions humaines .
Il renouvelle également le mythe fondateur de l’homme, cet être issu de la destruction et de la création, qui ne peut penser qu’en classes et distinctions, vecteurs de haine, qui ne ne peut vivre qu’en liens et partages, sources d’amour

Tahtieazym, Luca – Il était une fois dans le brouillard

11 septembre 2001. A cette date qui signifie un changement de monde, se lève, à La Rochelle, mais également partout dans le monde, un brouillard épais, dépouillant le paysage de perspective et de couleurs.
On suit les mésaventures des habitants d’un immeuble où habite Agathe la misanthrope qui, ce 11 septembre, doit aller chercher ses tout jeunes neveux dont le père vient d’être renversé par une voiture nageant dans le brouillard. Au passage, elle recueille Félix le clochard à la jambe souffrante et Ornicar, le bon chien égaré. Puis, comme le smog semble s’installer, les locataires de l’immeuble rassemblent leurs tempéraments contrastés afin d’organiser leur vie devenue survie dès lors que les hôpitaux sont fermés, les communications coupées et qu’ il faut s’encorder pour aller quérir des ravitaillements, tâtant les murs et craignant les bandes agressives.
Dans cette réalité nouvelle où chacun se voit ramené à sa condition essentielle, chaque protagoniste révélera la vraie couleur de son âme teintée, comme le brouillard, du blanc le plus pur au gris le plus sombre .

Une histoire originale et passionnante malgré quelques longueurs, des personnages dotés d’ une certaine épaisseur, et une écriture étonnante avec son vocabulaire somptueux qui rend hommage à la richesse de la langue française.