Carrisi, Donato – La maison sans souvenirs

Titre original : La casa senza ricordi
Traduction : Anaïs Bouteille-Bokobza


Pietro Gerber est psychologue hypnotiseur d’enfants en souffrance. Lui-même est englouti dans une misère affective qu’il fuit en se réfugiant dans l’imaginaire jusqu’à en perdre la notion du réel.
Huit mois plus tôt, une mère et son enfant se sont évaporés en plein bois. Aujourd’hui une femme, dans ce même bois, vient de tomber sur l’enfant mutique et figé. Afin d’amener l’enfant, Nikolin, à parler, Pietro est appelé par la juge et, sous hypnose, l’enfant dit avoir tué sa mère. Mais Pietro entend que l’enfant ne parle pas en son nom, qu’il est parlé par un autre qui, ayant hypnotisé Nikola, transmet sa propre histoire et adresser un message à Pietro. Mais ce dernier veut à tous prix libérer l’enfant de cet « affabulateur» (selon une malheureuse traduction car cet homme, capable de s’introduire dans l’esprit des autres, possède un talent d’hypnotiseur inouï et en mérite le titre.)

Quelle puissance dans ce livre qui justement démontre la puissance de l’esprit sur nos corps et nos actes, un esprit qui nous conduit à nous dépasser mais aussi à nous égarer.
Comme souvent chez l’auteur, il y a une histoire dans l’histoire, et tandis que la première est un leurre et la seconde une énigme, il y a encore une troisième dimension, celle de la vérité, ici adressée à Pietro Gerber et qu’il n’entendra que trop tard
Un livre redoutablement intelligent et profond.

Publicité

20 réflexions sur « Carrisi, Donato – La maison sans souvenirs »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :