Lebarbier, Sophie – Les liens mortifères.

Léonie est une psychologue sujette à l’embonpoint et à quelques entraves psychologiques dans sa vie.
Sa soeur aînée, Ingrid, a fui la maison au décès de leur père adoré et épouse peu après Victor, un producteur de séries et un homme toxique qu’elle finira par quitter. Léonie a vécu le départ de sa soeur comme un abandon qui déchira sa jeune adolescence.
Après un long silence, Ingrid lui envoie un mot lui demandant de se rendre dans un lieu où Léonie découvre un nourrisson seul et affamé. Aussitôt appelée, la commandante Fennetaux fait analyser l’ADN du nouveau-né qui correspond bien à celui d’Ingrid ainsi qu’à celui d’un homme fiché comme dangereux.
Quand le corps outragé d’Ingrid sera découvert dans la forêt, Léonie et Fennetaux vont unir leurs compétences et leurs fragilités pour résoudre ce drame aux origines moyenâgeuses en même temps qu’elles perceront quelques mystères de leurs âmes.

Les chapitres alternent entre l’enquête et ce passé d’il y a 70 ans quand une communauté vivait ainsi qu’au Moyen-Âge et dans la croyance en Halaïde, la sorcière-guérisseuse des temps anciens qui délivra les villageois d’une horde meurtrière et fut dès lors pourchassée par ces mêmes villageois effrayés par son pouvoir. Réfugiée en son arbre protecteur, elle y perdit la vie devant ses poursuivants qui vécurent hantés par cette vision.
Bien écrit, c’est un premier roman accrocheur dont les quelques incohérences n’ont pas entamé mon plaisir de lecture.

%d blogueurs aiment cette page :