Schepp, Emelie – Marquée à vie

Dans un container scellé, des émigrés étouffent en attendant d’aborder sur une terre d’accueil. Hélas, à leur sortie, c’est la mort qui les attend cependant que les enfants sont emmenés de force pour être dressés à devenir des bêtes à tuer
C’est le meurtre d’un haut fonctionnaire de l’immigration et des traces de pas d’enfant qui initient l’enquête dirigée par la jeune procureure Jana Berzelius, réputée insensible et glaciale, assistée d’une équipe aussi investie dans son travail que réticente dans ses autres engagements
Peu après un enfant est retrouvé mort, l’arme du crime à portée de main n’ayant pour seule identité qu’un nom de dieu gravé sur sa nuque. Or la procureure porte, et cache, également un nom de divinité marqué sur sa nuque

Ce livre se distingue par son style plutôt maladroit – à moins qu’il ne s’agisse d’un problème de traduction – par son originalité, sa construction intéressante, et surtout par la figure centrale de cette procureure à la fois froide et souffrant de l’être (et donc résolument différente de Salander à laquelle on la compare injustement), personnage riche et complexe qui éclipse l’équipe polic!ère empêtrée dans des considérations d’égos.
Un livre agréable à écouter et fort bien lu par Nicolas Justamon  

%d blogueurs aiment cette page :