Collet, Magali – Les yeux d’Iris

La veille de leurs examens de fin d’année, Fred et Morgane, frère et soeur, sont appelés par leur soeur Iris, dépressive depuis des années et en attente constante de réconfort. Les étudiants, stressés par les épreuves du lendemain, rabrouent Iris. La nuit suivante, Iris se suicide, Fred et Morgane portent désormais une culpabilité qui fait fuir Morgane en Irlande et plombe la vie de Fred.
Quelques années plus tard, Morgane est appelée par Julie, son amante qu’un viol monstrueux vida de son âme et de son amour. Rentrée en France au nom d’une promesse jamais précisée qu’elle avait faite, avec Fred et Audrey, Morgane découvre, avec horreur, une Julie complètement changée et installée avec un parfait salaud riche aux as
Qu’attend Julie de ses amis, et en particulier de Morgane?

Difficile d’éprouver la moindre empathie pour ces personnages froids, calculateurs, et pour certains, violents ou carrément machiavéliques
L’intrigue de roman est peu crédible car qui voudrait se venger au point d’être prêt à tremper chaque jour dans l’abjection pour y parvenir? C’est vraiment inconcevable.
Et tenir une promesse se peut-il quand l’impensable en est le conduit ?
Outre ce scénario somme toute aberrant, on trouve de nombreux clichés assez déplaisants tels que : les hommes plient toujours les femmes à leur volonté, par la manipulation, le chantage ou la force. Les femmes elles, sont sottes et naïves et quand elles ne le sont plus, quand un viol atroce ou une trahison absolue les dégrisent, elles deviennent dures ou sombrent dans la dépression
Une déception

%d blogueurs aiment cette page :