Oates, Joyce Carol – La nuit. Le sommeil. La mort. Les étoiles

Whitey McClaren, un riche homme d’affaires de 67 ans, rentre chez lui quand il voit un homme de couleur se faire tabasser par des policiers. Sans hésiter, il s’arrête et tente de calmer les agents mais ces derniers le battent et le rouent de charges de tasers. Frappé d’un AVC Whitey ne survivra pas et les policiers prétendront qu’ils l’ont vu faire un AVC au volant .
Bien qu’adultes et très différents, les cinq enfants McClaren sont perdus sans leur pilier, leur référence. Tous à tour, ils prennent voix pour dire leur plongée dans l’angoisse, le déséquilibre, l’effondrement et témoigner de ce long cheminement douloureux qui s’ouvrira ou s’entr’ouvrira vers ce qu’ils sont hors des désirs et appréciations paternelles.
Jessalyn, la femme de Whitey sera longuement dévastée, mais sa profonde générosité la poussera dans les bras de l’altérité, de l’amour et de la vie.

Cette oeuvre d’une grande maturité littéraire et d’une générosité remarquable place l’évolution des personnages au coeur de son propos
Dans le tremblement de terre qui secoue la famille entière et dans les failles ainsi mises à jour se profile la voie d’une émergence personnelle. Par contre, dans la crise qui secoue l’Amérique actuelle, la tendance à combler les béances ainsi révélées avec la haine, la lâcheté et la corruption prédomine.
Un roman somptueux que ses quelques longueurs ne déparent pas

12 réflexions sur « Oates, Joyce Carol – La nuit. Le sommeil. La mort. Les étoiles »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :