Nieto, Patrick – Etat de légitime violence

Nadia Benhabib, nouvelle secrétaire à l’industrie Lacombe, est priée de rester plus tard un soir et se fait violer par son patron. Dévastée, elle hésite pourtant à porter plainte car quelle chance a-t-elle de la voir honorée quand les employés préfèrent se taire et que de nombreux policiers font copain-copain avec le patron prodigue?
Seul le capitaine Malavoy, récemment arrivé de Paris après qu’un drame l’a brisé, prend la déposition de la jeune femme à coeur et veut à tout prix établir la vérité .
Nadia vit seule avec son jeune fils, elle s’est toujours battue pour vivre sans aides ni assistances, et se retrouve à présent sans emploi. Sans compter le choc, la honte de n’avoir pu empêcher l’horreur, le dégoût de soi, la colère vaine, le renfermement progressif, la peur constante d’être agressée
Quelques temps plus tard, un meurtre a lieu 

La première partie de ce roman montre que le viol détruit les femmes au plus intime et montre également le courage qu’il leur faut pour déposer plainte, un courage puisé dans l’outrage personnel et dans le désir de protéger les victimes à venir.
La seconde partie, qui débute avec le meurtre, va conduire Malavoy et son adjointe, plus intuitifs et probes que leurs collègues, à travers fausses preuves, mensonges et rebondissements, dans une enquête policière plus classique
Un livre qui attire l’attention sur l’abomination qu’est le viol et les multiples freins à ce qu’une véritable justice soit rendue

%d blogueurs aiment cette page :