Hauuy, Vincent – Le tricycle rouge

Il a fallu cinq ans au profileur Noah Wallace pour émerger du terrible crash avec le tueur qu’il pourchassait, accident dans lequel il a perdu femme et mémoire et qui lui a laissé des terribles douleurs, des trous de conscience et des visions à la vérité indécidable
Dès le retour en fonction de Noah, le tueur-bourreau, pourtant déclaré mort dans l’accident, se remet à ses crimes monstrueux  Il mutile ses victimes et les dispose en tableaux qui sont autant d’énigmes adressées à Noah afin de ranimer ses souvenirs d’enfance, une enfance que l’on devine atroce et donc profondément enfouie
Par ailleurs Sophie Lavallée, une journaliste investiguant sur les personnes disparues est sur la piste d’une fillette évaporée il y a 20 ans, mais tous ceux qui l’aident dans cette entreprise meurent brutalement

Pour le fond, ce livre montre à quelles monstruosités peuvent se livrer les hommes d’argent et de pouvoir lorsque leur position leur assure l’impunité
Pour la forme, le dispositif d’écriture déroute mais s’explique, ce sont des fragments, des flashes, des bouts de scène dispersés tels les bris d’un miroir fracassé dans lequel la conscience de Noah se cherche
Pour l’écriture enfin, il y a quelques phrases ampoulées ou tarabiscotées, ainsi que des maladresses pardonnables dans un premier roman

2 commentaires sur “Hauuy, Vincent – Le tricycle rouge

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s