Schemer, Franck – Le palais des innocents

Dans un village d’Alsace, chaque année à la même date, un enfant est tué et brûlé par un autre enfant qui deviendra la victime de l’année suivante. Depuis cinq ans le commissaire Cornière, grand boulimique et esprit la mordant, cherche en vain à démêler ce casse-tête où l’enfant assassin, traumatisé et mutique, n’écrit que ceci: « C’est la sorcière qui donne et qui sourit »
Cornière est aidé par Olivia, une jeune fille du village dont le père s’est suicidé et la mère a perdu la raison. Elle est aujourd’hui hébergée, avec son petit frère surdoué, par un oncle radin qui ne les loge qu’à contrecoeur
Tous deux s’emploient à trouver qui est cette dite sorcière, comment elle parvient à forcer les enfants à tuer aussi sauvagement et pour quelle raison elle convoquecette mise en scène macabre

Une très belle écriture, une intrigue originale et captivante et un roman qui n’est policier que pour être davantage psychologique, font de ce livre une vraie découverte
Si certains personnages sont caricaturaux au point de déranger la lecture au début, ce n’est là qu’un procédé pour nous inviter à ne pas nous fier aux apparences, ces trompe-l’oeil destinés à cacher les profondes souffrances psychologiques et la sensibilité de ces personnages.

Merci aux Editions de la Rémanence ainsi qu’à NetGalley pour cette lecture

3 commentaires sur “Schemer, Franck – Le palais des innocents

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s