À la Une

Delareux, Vincent – Le cas Victor Sommer

Victor Sommer a 33 ans et vit seul avec sa mère, sans aucune relation sociale. En effet il n’a pas besoin de travailler puisque sa mère l’entretient afin qu’il s’occupe d’elle, de même il n’a nul besoin d’une femme ni d’amis ou de copains puisque maman doit lui suffire
Seuls ses rendez-vous avec le psychiatre lui sont concédés car depuis son enfance Victor fait d’effroyables cauchemars d’engloutissemnt, mais en consultation, plutôt que de parler, notre héros reste coincé dans des considérations triviales
Toutes les velléités de liberté de Victor se heurtent aux reproches maternels et avortent sous l’effet conjugué de l’inaptitude sociale et de la culpabilité
Mais un jour, suite à une dispute, sa mère disparaît
Pourra-t-il vivre sans elle ?

La langue est magnifique et le discours, tenu par Victor, est admirable dans la compréhension psychanalytique de cet homme
L’auteur nous montre comment un amour vorace, castrateur et possessif produit des cauchemars terrifiants, détruit la possibilité de relations sociales saines, et interdit à l’homme d’exister pour lui-même
On étouffe avec Victor pour qui toute issue est bloquée puisqu’il est incapable de se débrouiller dans la vie, incapable de travailler, d’aimer une femme, d’avoir des relations normales.


Merci à NetGalley et à Librinova pour cette lecture

À la Une

Abbott, Rachel – Murder game

Jemma, la narratrice principale, et Matt, son époux, sont invités la veille du mariage de Lucas, un richissime ami de Matt. Deux autres amis de Lucas participent également, avec leurs compagnes, à cette soirée pré-maritale.
Apparaît alors Alex la soeur de Lucas. C’est une jeune femme éteinte et solitaire depuis l’horreur qu’elle subit à l’adolescence et dont nul n’ose parler.
Le lendemain, matin des noces, Alex est retrouvée noyée sur la plage,
Un an plus tard, Lucas convie les mêmes personnes à une soirée d’anniversaire. Comme il règne en maître sur les hommes dont il a fait la carrière, il leur enjoint de rejouer la soirée précédant la mort d’Alex. En effet, certain que l’un d’entr’eux l’a tuée, il est déterminé à le démasquer.
Alors que cette soirée bat son plein de morosité, la police s’annonce

Mensonges, faux-semblants, simulacres et trompe-l’oeil mènent la danse dans ce jeu de l’oie où chacun passe par la case des secrets et celle des demi-vérités. Et si ce jeu créé par Lucas est à tout le moins suspect, il semble bien que seules Jemma la narratrice et Stephanie King la policière sont résolues à découvrir le fin mot de ces mystères, à leurs risques et périls mais à notre plus grand bonheur
Un brin de naïveté nous sera cependant nécessaire pour pouvoir pleinement jouir de ce suspense

Merci aux éditions Belfond et à

À la Une

Borrmann, Mechtild – L’envers de l’espoir

Valentina vit dans la zone d’exclusion de Tchernobyl, elle attend le retour de sa fille Katerina en lui écrivant l’histoire de sa vie, ses rêves de jeune fille brisés par le régime russe, son mariage heureux et puis la catastrophe, son mari appelé comme liquidateur et elle comme infirmière, les mensonges d’un état bientôt acculé à évacuer les habitants de la zone vers Kiev et ses alentours où ils sont accueillis comme des pestiférés.
Quand l’Ukraine acquiert enfin son indépendance, Katerina part quelques mois en Allemagne avec une amie, mais à présent elles devraient être rentrées. Inquiète, Valentina fait appel à un membre de la police.qui découvre un vaste réseau de prostitution protégé par sa hiérarchie. Ce réseau séquestre les jeunes filles dès leur sortie d’une Ukraine qu’elles ne reverront jamais.
Seule l’une d’elles s’est enfuie et a trouvé refuge dans une ferme

Magnifiquement écrit et bouleversant, ce roman raconte le drame de Tchernobyl à travers le regard d’une femme frappée dans sa chair et celle de sa famille par cette catastrophe
On y apprend également l’ignominie de ceux qui capturent des jeunes ukrainiennes naïves et les forcent à se prostituer avant de les éliminer puisque de toutes façons elles sont inépousables, ne pouvant donner naissance qu’à des monstres post-nucléaires.
Hélas le malheur ne protège pas du malheur


À la Une

Draven, Beth – Hysteria

Elle se réveille dans un parc, barbouillée de sang, la mémoire vide. Emmenée à l’hôpital elle est reçue par Scott, un neurologue ostracisé suite à une dramatique faute professionnelle. Touché par la jeune femme mais rongé par la culpabilité, Scott s’enfuit plutôt que de la prendre en charge.
Dans cet l’hôpital froid et impersonnel, la jeune femme attend en vain le docteur Scott pour lui confier ses cauchemars et ses terreurs, ces scènes de violence et d’humiliation qui l’assaillent par flashes
Vient alors la police qui accuse la jeune femme d’un crime puisqu’elle était couverte d’un sang étranger. Et vient un homme riche et puissant qui se présente comme le mari de la jeune femme quand elle ne voit en lui qu’un inconnu dont elle se méfie
Olivia, puisqu’ainsi elle se nomme, est déterminée à se faire suivre par le docteur Scott. Finalement, ce dernier réussit à lui restituer sa mémoire sauf celle de ce trou noir, ce moment terrible dont elle est revenue couverte de sang et oublieuse de tout

Une belle surprise que ce livre peu plébiscité, avec son écriture délicate et travaillée, son bel équilibre entre l’intimité tourmentée d’Olivia et l’extériorité implacable des faits
Quelques petites inconséquences, non essentielles, et une fin trop précipitée dissonant avec le rythme narratif sont les seuls défauts de ce beau thriller qui nous conduit à être plus vigilants et à réserver davantage nos jugements

À la Une

Menegaux, Mathieu – Femmes en colère

Violée, avilie par deux hommes, Mathilde Collignon sait qu’une plainte n’aboutira pas mais se heurtera aux sarcasmes des hommes de loi, alors elle rend justice elle-même
Devant la cour d’assises, Mathilde ne nie pas son acte vengeur mais demande la clémence. Que faire d’autre quand son viol a été lui, jugé comme n’ayant pas eu lieu ?
Tandis que le jury composé de trois magistrats et de six jurés, quatre femmes et deux hommes, délibère, l’accusée tremble et redoute une lourde peine qui l’éloignerait de ses deux filles tant aimées
Dans la salle des délibérations le clan des femmes s’oppose avec colère à la violence des hommes qui réclament le droit de draguer (!) ou en appellent à l’application stricte de la loi en excluant toute émotion .
La lutte est âpre car il faut les deux tiers des voix pour emporter la condamnation de Mathilde, et la moitié pour établir la durée de la peine. Cependant les femmes sont bien décidées à faire entendre la voix de l’émotion et de l’humanité.

Ce livre court mais intense dénonce l’état de nos sociétés où, malgré les beaux discours égalitaires, la femme détruite en son corps sexué ment ou l’a bien mérité tandis que l’homme détruit en son corps sexué est la victime d’un crime monstrueux relevant de le cour d’assises

À la Une

Vargas, Fred – L’homme aux cercles bleus

Premier Fred Vargas lu, au moment où Adamsberg rencontre Danglard, quand d’emblée et tout naturellement s’engagent de savoureuses joutes verbales entre un commissaire singulièrement dépourvu d’ego mais largement pourvu en intuition et son coéquipier furieusement cartésien jusqu’à ce que l’alcool ait raison de sa raison.
Pendant ce temps un homme trace de grands cercles bleus au centre duquel gît un objet déchu, couvercle, trombone, cannette etc. La grandeur de ces cercles conduit Adamsberg à prédire leur usage à des fins funestes et en effet, un beau matin, une femme trône au centre de l’un d’eux, égorgée.
L’enquête se fera sans heurts et sans surprise, toute la qualité du livre reposant sur les dialogues entre les deux policiers, puis avec Mathilde l’océanographe en escale à terre afin d’y prendre un bain de foule. Belle et fantasque, elle n’a peur de rien et se rit de tout, elle est la seule à avoir vu, de loin, le petit homme aux craies bleues.
Léger et facile, c’est un roman policier idéal pour une reprise de lecture après une anorexie livresque

À la Une

Delaney J.P. – La femme parfaite

Imagine qu’un jour tu te réveilles à l’hôpital, ignorant ce qui t’est arrivé. Ton mari, Tim, t’annonce que tu es un robot dans lequel tous les souvenirs de sa femme, Abbie, ont été téléchargés. En effet Tim, ce génie de la robotique, t’a construire pareille à sa femme disparue. Dans quel but ?
Tu sais que tu n’es qu’un objet sophistiqué, pourtant tu éprouves tous les mouvements du coeur et de l’âme d’un être humain .
Tim et Abbie ont eu un fils, Danny, atteint du syndrome de Heller, une régression autistique incurable surgissant après quelques années. Tim lui a choisi une école où le dressage s’effectue par décharges électriques, ce qui ulcérait Abbie tout comme toi qui t’attaches profondément à cet enfant. Mais Tim est un homme autoritaire qui ne transige jamais et l’emporte toujours.
Tu perçois la souffrance d’Abbie et t’inquiètes donc de son sort; s’agit-il  d’un accident, un meurtre, un enlèvement, une fuite ? Curieusement ta/sa mémoire ne restitue rien à ce sujet, alors tu vas enquêter

Ce livre est passionnant. D’abord il nous met, grâce au tutoiement, dans une proximité totale avec ce qui nous serait autrement le plus étranger, un robot, tandis que le ton se fait extérieur pour relater le vie de la vraie Abbie
Ensuite ce livre pose des questions essentielles : Un robot peut-il avoir une âme ? Comme dit l’auteur : L’âme est-elle tributaire de la chair et du sang ?
Enfin que signifie être humain ? Alors que tant d’êtres humains agissent tels des robots, un robot doué de compassion ne serait-il pas humain ?