Indridason, Arnaldur – Les nuits de Reykjavik

1970 Erlendur et ses collègues effectuent des rondes de nuit. Loin des grandes gueules avinées et égocentriques, le jeune sergent se montre d’une nature calme et solitaire avec, en bruit de fond, une lancinante tristesse.
Au cours de ces tournées, il rencontre de nombreux clochards, dont Hannibal, celui dont, tout au début, nous est relatée la mort par noyade
Depuis lors, Erlendur reste soucieux, sans cesse il ressasse les paroles de cet SDF qu’il a plusieurs fois cueilli dans la rue, frigorifié ou blessé, et mis à l’abri. Il se sentait proche de cet homme dont la mort lui paraît suspecte, aussi, en dehors de son service, va -t-il enquêter auprès de ceux qui l’ont connu.
Et l’on voit alors Erlendur, ce grand taiseux, ne pas lâcher la grappe à son interlocuteur et l’interroger encore et encore jusqu’à se faire vertement rembarrer
Ainsi, petit à petit, Erlendur tisse le fil d’une toile plus complexe qu’il n’y paraissait et son enquête progresse tranquillement, comme on se promène le long d’un chemin sous le vent d’une douce nostalgie, d’une compassion discrète et d’un fatalisme poétique

2 commentaires sur “Indridason, Arnaldur – Les nuits de Reykjavik

  1. comme d’habitude, beau billet – j’ai abandonné erlendur et ses enquêtes après la femme en vert – je pense toutefois avoir celui-ci dans ma pal, mais je ne suis pas tentée (pour l’instant =^-^=)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s