À la Une

Grebe, Camilla & Traff, Asa – Ça aurait pu être le paradis

Siri Bergman est psychologue au sein d’un cabinet où travaillent également son amie Aina ainsi qu’un collègue plus âgé, Sven.
Elle y reçoit entre autres une jeune femme borderline ainsi qu’une femme d’affaire souffrant d’anorexie, et les entend d’autant mieux qu’elle-même souffre notamment de la peur du noir
À moins de quarante ans, elle est déjà veuve, son mari s’étant donné la mort suite à la fausse couche qu’elle a enduré.
Par la suite, Siri est demeurée dans cette maison isolée située en bord de mer qu’ils avaient aménagé ensemble, noyant son deuil dans l’alcool.
Le suspense s’installe lorsque Siri s’aperçoit que quelqu’un a pénétré dans sa maison, il croît encore quand une de ses patientes se noie près de chez elle, avec, non loin, une lettre qui la désigne comme l’instigatrice de ce suicide, puis ce sont des traces de sang devant sa porte et cette présence qu’elle sent guetter dans la nuit..
Qui donc cherche à lui nuire ainsi? Et pourquoi?

Ce n’est pas tant la réponse à cette question qui importe dans ce livre, mais l’instauration progressive de la menace, le soupçon que nourrit Siri envers son entourage, et l’alternance de ses émotions contradictoires avec les pensées du criminel tapi dans l’ombre
Ce roman est donc, pour les amateurs de ces policiers nordiques éprouvants, une fort agréable promenade en bord de mer