À la Une

Loubry, Jérôme – De soleil et de sang

2010 Haïti. L’inspecteur Simon Belage et son adjoint sont confrontés aux meurtres de deux couples dont les corps ont été mutilés selon un rituel propre au vaudou, la religion régnante. Résolument non croyant, Simon ne voit dans ces rites qu’ une mascarade destinée à masquer d’autres desseins
Au cours de ses recherches, Simon déterre une photo datée de 2004 montrant les victimes réunies autour de Baby Doc lors de l’inauguration d’un orphelinat, « la Tombe joyeuse », aujourd’hui abandonné.
En 2004 donc, six enfants présentant une différence furent enlevés de force et enfermés à la Tombe joyeuse.
Il faut savoir que l’île se distingue par sa pauvreté, sa corruption et son trafic d’enfants qui, vendus par des parents désespérés ou carrément volés, se retrouvent dans de tels orphelinats afin d’être achetés à prix d’or.

L’auteur a un réel talent pour imbiber son livre des senteurs de cette île, de sa chaleur, de sa violence toujours prête à exploser et de l’immense pauvreté de son peuple abandonné
Il dénonce également ce commerce d’enfants qui, bien qu’ayant famille, sont vendus à de riches européens croyant les adopter ou à d’aussi riches autochtones en tant qu’ esclaves
Le seul côté faible de ce roman est sa partie policière plutôt inconsistante

À la Une

Redondo, Dolores – Le gardien invisible

Lorsque le corps d’une jeune fille est découvert dans la forêt d’Elizondo, l’inspectrice Amaia Salazar y est envoyée en vertu de ses origines au coeur même de ce village. Certes cette promotion la flatte et l’idée de revenir loger chez sa tante tant aimée la réjouit, mais ce lieu porte également le sceau d’une angoisse où s’engouffrent de terrifiants cauchemars.
Avec des sentiments mitigés Amaia retrouve ses soeurs. Flora, dure et dominatrice, a repris la biscuiterie familiale tandis que la fragile Ros se reconstruit après avoir quitté mari et emploi
Entre-temps d’autres meurtres similaires surviennent, avec la même mise en scène où des jeunes filles considérées comme délurées sont disposées dans une attitude virginale, le pubis orné d’un biscuit régional
Dans ce pays basque, les croyances sont légion et ces meurtres sont d’emblée attribuées au basajaun, ce gardien invisible qui pourtant protège la forêt et fuit les hommes. Il est en effet difficile d’admettre quun tueur aussi monstrueux puisse être un humain, habitant du village de surcroît
L’enquête piétine et les cauchemars d’Amaia s’intensifient, peut-être est-il là, le véritable gardien invisible qui entrave l’enquête et paralyse l’înspectrice, l’empêchant d’accéder à ce qui la ronge ?

Un splendide roman psychologique, infiniment touchant, dont il semble même que le côté policier ne soit que le tremplin, et la part la plus déficiente.