Chevalier, Séverine – Les mauvaises

C’est l’histoire d’un petit village au coeur du Massif Central, de son viaduc et de son usine qui fait vivre les hommes. C’est l’histoire de trois amis, trois enfants qui dissonent dans ce lieu où chacun se doit d’être lisse malgré les ravages intérieurs, les détresses, les peurs et les pleurs ravalés.
Il y a Roberto, 15 ans, qui vit avec son père et son grand-père aujourd’hui grabataire mais qui abusait d’elle lorsqu’il était vaillant et elle petite. La rumeur la dit facile. Il y a Ouafa l’étrangère issue des banlieues parisiennes,, la sauvageonne au coeur tendre. Et il y a Oé, cet étrange garçon de onze ans qui devient fou dès qu’on le touche et qui ne comprend rien au monde des grands
La forêt est leur monde, l’unique respiration de ce trio abandonné..
Or un jour – et c’est là le début du livre – Roberto se pend tout en haut du viaduc et, la veille de son enterrement, son corps disparaît.
Dès ce jour tel un reproche ou une annonce faite au village, ce seront les rêves, les promesses, les terres et les destins qui, sans bruit, s’anéantiront.

Un roman superbement écrit. Un livre qui magnifie, et pleure, les solitudes, les silences, l’infinie perte des choses et des hommes

4 commentaires sur “Chevalier, Séverine – Les mauvaises

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s