Cabanac, Cécile – Des poignards dans les sourires

Quand Catherine Renon rentre chez elle avec ses enfants après un séjour chez sa soeur atteinte d’un cancer avancé, elle découvre la maison désertée. Habituée aux escapades d’un mari infidèle, alcoolique et violent, elle ne s’inquiète pas, contrairement à ses enfants pour lesquels elle a toujours préservé l’image du père, et à sa belle-mère, marâtre qui exècre les femmes mais idolâtre son fils
Aussi, lorsqu’un tronc décapité et démembré est retrouvé et identifié par le capitaine Virginie Sevran et son coéquipier, ces derniers vont avoir bien du monde à soupçonner dans cette famille gravement dysfonctionnelle : la veuve du mort bien sûr, mais aussi les soeurs du défunt, ses demi-frères, son contremaître dont il a volé la maîtresse, la soeur de Catherine en phase terminale… Les deux enquêteurs mènent leurs interrogatoires avec un manque total de ménagement, ce qui les rend extrêmement antipathiques, bien que l’auteure veuille corriger ce regard par l’exposé de leur vie privée
Au final donc, un livre sans grande surprise, avec des personnages exaspérants, quelques illogismes et une écriture assez quelconque. Mais il s’agit d’un premier roman.