Manzor, René – Celui dont le nom n’est plus

Des personnes qui, sans avoir jamais rencontré leur hypnotiseur et sur la seule induction d’une phrase musicale, se livrent à des actes d’une complexité incroyable nécessitant une compétence dont ils ne disposent absolument pas, des actes qui, de plus, sont absolument contraires à leur moralité et leur sensibilité, voilà qui, malgré toute notre bonne volonté fictionnelle, dépasse vraiment les limites de notre crédulité
Sans compter les capacités dignes d’un champion olympique de l’assassin, les monte-charges qui ne fonctionnent que pour lui, le matériel sophistiqué qui surgit dès qu’il entre dans un lieu auparavant dépouillé de cet attirail etc.
Non c’est là trop d’incohérences et de manquements, et c’est regrettable car ce livre aurait pu être génial si l’auteur en avait mieux travaillé la congruence.